Cécile Borne


​Je marche sur le rivage. J'arpente les grèves, cette frontière instable entre la mer et la terre, ce no-man's land où s'inscrit le mouvement entre soi et le monde. Ma collecte: des tissus échoués, chiffons abandonnés par la mer dans le sable, fragments de mémoire, vêtements élimés venus du large, vestiges d'un monde flottant.
Ces fragments de tissus ramassés sur les rivages de l'Atlantique viennent d'on ne sait où.
Ces humbles reliques témoignent d'une histoire sans paroles. Elles travaillent avec l'absence.
Elles se rassemblent ici pour former une communauté d'oubliés qui descend dans les entrelacs de notre mémoire. Ces archives silencieuses ont survécu à l'usure des existences humaines. Issues de passés indéchiffrables, elles sont rendues à leur existence sauvage.
Elles sont ruines muettes.
Elles gardent le secret.
Derrière ces enveloppes vides (sortes de mues) nous devinons la chair, le mouvement de l'étoffe sur la peau, le corps réinventé.

Cécile Borne

​http://cecile.borne.free.fr