Michel Remaud


​Peindre, avec le temps, c'est venir au monde, être présent au monde. L'œuvre devient offrande, partage de ce que l'artiste aura gardé, au plus profond, d'in-visible et d'in-dicible.
C'est dans ces marges-là que je veux m'inscrire avec ces territoires intimes. M'ancrer dans le monde, écouter le silence des mots jusqu'à, peut-être, en percevoir le chant des esprits qui l'habitent et lui donnent sens. Le lieu devient sacré par le regard posé sur lui. Ainsi tout lieu serait-il temple?
Peindre cela : la trace du monde sur l'homme et de l'homme sur le monde. L'enfouissement, la matière signifiante, l'affleurement de l'empreinte, la mémoire du passage.....
Mais aussi l'immensité des sables, les gisants dans la nef, le sel des marais, le limon nourricier, l'éphémère, le trouble, le fragile, le sillon dans la terre, la nuit acceptée…

Michel Remaud

http://michelremaud.com